gex

Gex

D’Hozier, Généralité de Bourgogne, Gex, Enregistrement d’armoiries, fol. 318, n° 82 ; la province de Gex porte d'azur, à trois morailles d'or liées d’argent et posées en fasce l’une sur l’autre, et un chef chargé d’un lion issant de gueules.

Chevillard donne les: mêmes armoiries sons le titre : Bailliage, de Gex.

Ces armoiries, qui sont celles de Joinville rappellent la longue possession de cette famille (1251 à 1353) sur cette contrée.

Dépendance primitive des Allobroges, le pays de Gex fît partie du territoire des Ségusiaves, puis, après la domination burgonde, un pays particulier dans la Bresse. Les Recherches sur la France marquent Gex, en 1011, in pago equestrico et les habitants sont appelés Equestres. (Courtépée, Hist. du duché de Bourgogne.)

La position de cette malheureuse contrée subordonna presque constamment sa destinée à trois puissances, qui se la disputèrent en. la déchirant sans cesse : les comtes.de Genevois, les comtes de Savoie et les évêques de Genève qui représentaient les empereurs d’Allemagne ; elle ne trouva de repos que par l’annexion au royaume de France.

Au XVIIe siècle, elle confinait au mont Jura et à la Franche-Comté vers l’occident, au lac de Genève vers l’orient, au Rhône et au Genevois savoyard vers le midi, à une partie du mont Jura et au pays de Vaud, dépendant du canton de Berne, vers le nord.

La ville de Gex en était la capitale.