bresse

Bresse

D’Hozier, Armorial général de France, Généralité de Bourgogne, Bourg en Bresse, Enregistrement d’armoiries, fol. 296, n° 34 ; la province de Bresse porte d'argent, à une bande d'azur, accompagnée de deux lions de sable posés un en chef et un en pointe.

Chevillard, Armorial de Bourgogne et Bresse, 1726, 7 ff. in-folio, reproduit les mêmes armoiries sous le titre de Comté de Bresse et les surmonte d'une couronne de comte.

Les auteurs ne sont point d’accord sur l’étymologie du nom de Bresse, en latin Saltus Brixœ ou Brixia, mais ils reconnaissent tous que la contrée était couverte de bois, dépourvue de grands centres de population et dépendait du pays des Séquaniens.

De la domination romaine, la Bresse passa sous celle des rois de Bourgogne, et, après avoir obéi aux Français elle se trouva comme enveloppée dans le second royaume de Bourgogne : plus tard, les rois de cette dernière monarchie léguèrent leurs Etats aux empereurs d’Allemagne, qui, se trouvant trop éloignés pour conserver leur autorité, laissèrent former de petits Etats indépendants, dont les principaux furent au nombre de cinq : Baugé, Coligny, Thoire-Villars, Châtillon-les-Dombes et Montluel.

Au XVIe siècle, la Bresse était divisée en deux parties bien distinctes : la Bresse châlonnaise, celle incorporée au diocèse de Chalon, et la Bresse savoyarde, la portion limitée par le Rhône, la Saône et l’Ain, venue successivement aux mains des ducs de Savoie.

Henri IV, après l’échange de 1601 avec Emmanuel de Savoie, en fit une province du gouvernement de Bourgogne avec le titre de comté, ensuite de marquisat.

Au temps du Mémoire dressé en 1698 par l’intendant Ferrand, par ordre du duc de Bourgogne, elle était divisée en trois pays différents, unis sous une seule dénomination d’usage, quoique ayant leurs appellations propres, la Bresse, le Bugey et le pays de Gex.

La Bresse, proprement dite, partagée en haute Bresse (Revermont) et basse Bresse (ayant pour centre Villars), touchait, à l’orient au Bugey dont elle était séparée par la rivière d’Ain, et à une petite partie du comté de Bourgogne; à l’occident, à la rivière de Saône ; au midi, au Rhône et à la principauté de Dombes ; au nord, au Charollais et au territoire de Romaney.

Bourg en était la capitale.